Archives par mot-clé : gérant

7 raisons pourquoi un artiste doit avoir un gérant

Il y a de ces artistes qui VEULENT avoir un gérant, mais qui ne trouvent pas. La raison est bien simple. Il faut trouver quelqu’un qui a des aptitudes en gestion, qui connaît le milieu de la culture et du showbusiness, qui a un important réseau de contacts, qui ne gère pas déjà plusieurs artistes, qui a du temps à investir sur le projet, qui aime la musique de l’artiste et qui a de la vision…

Il y a aussi de ces artistes qui ne VEULENT PAS d’un gérant, pensant à tort que ça ne leur servira pas, qu’ils connaissent déjà bien le milieu, qu’ils s’occupent déjà de leurs affaires et qu’ils ne veulent pas donner une commission alors que leurs revenus ne sont pas très importants.

Voici 7 raisons pour lesquelles un artiste doit avoir un gérant :

1. Séparer la musique des affaires. L’un ne se gère pas comme l’autre. Avoir un gérant permet à l’artiste de déléguer la gestion de toute la paperasse, y compris les demandes de subventions, la comptabilité, les déclarations gouvernementales, etc. Généralement, d’autres arguments ne sont pas nécessaires pour convaincre un artiste… 😉

2. Maximiser le temps destiné à la musique. Tandis que le travail du gérant est de voir à ce que tout se passe bien dans la carrière de son artiste, le travail de l’artiste est de composer des chansons, faire des spectacles et des entrevues, rencontrer ses fans et d’autres artistes. Si l’artiste passe du temps à s’occuper de ses affaires, il ne le passe forcément pas sur sa carrière et c’est justement là qu’il est payant…

Continuer la lecture de 7 raisons pourquoi un artiste doit avoir un gérant

Est-il nécessaire d’avoir un contrat avec son gérant ?

Généralement, lorsqu’il est question de contrats, la question ne se pose pas. Il est préférable de se munir d’un document qui définit clairement les termes d’une entente, notamment qui fait quoi, selon quelles conditions, dans quel délai, etc.

Cependant, quand il s’agit d’un contrat de gérance, il se peut que la situation nécessite d’attendre quelque temps avant que le gérant et son artiste ne décident de signer. Lorsqu’un artiste trouve finalement quelqu’un pour le représenter auprès des différents intervenants avec lesquels il devra travailler, il peut être risqué, pour l’un et l’autre, de rapidement signer une entente long terme qui liera les parties alors qu’ils ne se connaissent pas encore.

Ma vision de la situation, qui ne sera probablement pas partagée par un avocat spécialisé, est que dans le cas très délicat d’une entente de management, il est préférable de commencer délicatement sur la seule base de la confiance et de la communication. Le gérant est, parmi tous les individus qui graviteront autour de l’artiste (agent de spectacles, relationniste de presse, éditeur, distributeur, producteur, etc.), la personne qui partagera le plus l’intimité professionnelle de ce dernier. Cette relation doit se bâtir, comme dans un vrai couple, sur une solide base de franchise, de transparence et de confiance.

Dans ce cas précis, le contrat peut donc être contraignant en début de relation puisqu’il peut être perçu (généralement par l’artiste) comme un élément qui empêcherait une séparation facile et amicale.

Je trouve personnellement qu’il peut être tout indiqué de débuter le travail de management sur la seule base d’une bonne poignée de main. D’abord, cette façon de fonctionner permet à chaque personne d’apprendre à connaître l’autre sans contrainte. Si l’artiste et son gérant ne peuvent pas avoir une confiance mutuelle irréprochable, il ne vaut donc pas la peine que l’un et l’autre investissent davantage dans cette relation. D’autre part, je crois que pour le gérant, le fait de ne pas trop rapidement exiger la signature d’une entente lui permettra de profiter du bénéfice du doute de son artiste qui ne le percevra pas comme un requin.

Du moment cependant que le gérant investi davantage que tu temps, il est en droit d’exiger un miminum de sécurité. Autrement, l’artiste doit assumer lui-même les frais puisqu’il sera celui qui en bénéficiera. Lorsque l’artiste commence à générer des revenus provenant du travail effectué par son gérant, ce dernier est une fois de plus en droit de vouloir une commission. Si à ce moment, l’artiste n’accède pas à la demande, on peut en déduire que la relation n’en est pas une de confiance et que même sous contrat, une séparation aurait été inévitable tôt ou tard.

Le jour où vous souhaiterez signer un contrat de gérance, je vous suggère très fortement de passer voir un avocat spécialisé dans le milieu culturel qui pourra vous aider à trouver un terrain d’entente équitable et selon des termes raisonnables.

Autrement, si cette situation a déjà été la vôtre, laissez un commentaire pour expliquer comment s’est porté votre relation !